Toujours à 3kg du bonheur…

S’autoriser le bonheur quel que soit son poids, une clé de la réconciliation avec soi.

Voir sa beauté ne semble pas si simple et naturel quand on est une femme. Combien de fois nous sommes-nous posée la question? :« Quelle méthode? Quels produits? Quel sport? Quels régimes? Quels spécialistes? Quoi manger? En quelles quantités? »

OBJECTIF MAIGRIR!

Si j’ai à coeur de m’ouvrir à toi sur ce sujet aujourd’hui c’est parce que :

J’ai moi aussi connu les efforts, les privations…pour tenir bon et pour quelques grammes en moins sur la balance.
J’ai moi aussi connu la frustration quand les efforts sportifs et alimentaires ne sont pas à la hauteur de nos espérances.
j’ai connu l’espoir que procure un régime lorsque les premiers kilos s’envolent et l’addiction à cette sensation.

Tout cela pour quoi?

réussir à atteindre mon poids idéal et me peser 3 fois plus qu’avant
réussir à atteindre mon poids idéal et avoir finalement peur de grossir
réussir à atteindre mon poids idéal mais ne pas trouver mon corps encore assez à mon gout, mon ventre pas assez plat, mes cuisses assez toniques…être dans l’impossibilité de voir sa beauté
réussir à atteindre mon poids idéal et m’imposer une séance de sport au moindre écart
réussir à atteindre mon poids idéal et croire que la seule solution est de « TOUT – BIEN -FAIRE » pour arriver à le maintenir.

Je pensais…

Je pensais qu‘avoir un beau corps, musclé et tonique, me donnerait forcément confiance en moi…

Je pensais qu’avoir un beau corps, musclé et tonique, me ferait obligatoirement me sentir belle et bien dans ma peau

Je pensais qu’avoir un beau corps me permettrait davantage d’assumer et affirmer ma féminité. 

J’ai obtenu ce corps…

Mais en réalité…

Dans ma tête, je n’y étais pas préparée et personne ne m’avait jamais informée sur ce qu’il risquait de se passer en misant l’amour de mon corps par sa transformation.

Ce qui devait arriver arriva! : 

Je n’avais ni les repères ni la confiance pour me permettre d’être durablement heureuse avec ce type de corps. 

J’ai alors nourrit un stress et un perfectionnisme encore plus fort qu’avant, compensant au moindre écart et ne loupant aucune séance de sport.

Je me sentais mal à l’aise, vulnérable parfois en danger vis-à-vis du regard et des propos que de nombreux hommes se permettaient sur mon corps.

Je résonnais encore sous forme de « craquages« , « aliments autorisés« , « aliments interdits » …et subissais les conséquences de cette résistance, détruisant le peu d’estime qui restait de moi-même.

 Je me suis finalement libérée d’une forme de dépendance (le grignotage, le mal-être) pour entrer dans une autre : le beau corps sous condition du sport à outrance. NO PAIN NO GAIN!

J’étais si motivée car …

Je croyais que changer de corps était enfin la solution à mon manque d’amour de moi. Mais la réalité c’est que sans amour de moi, je n’étais pas davantage en capacité d’aimer ma nouvelle silhouette. La peur est venue progressivement auto-saboter mes « résultats », m’empêchant de me sentir heureuse.

Je croyais que ce corps me rendrait plus forte pas seulement physiquement mais aussi face aux blessures de la Vie dont la trahison, l’abandon, l’injustice, l’humiliation…qu’en gagnant en assurance, je m’éviterais de souffrir comme tout être humain le cherche. Mes peurs de base n’étant pas réglée…ce manque d’assurance s’est simplement transformé en contrôle omniprésent. Contrôle sur moi, mon corps et les autres. 

C’est juste SANS FIN!

 

j’ai choisi de mettre fin à cette spirale en 2007 après 4 tentatives infructueuses de perte de poids à faire le régime yoyo. A me motiver, puis à abandonner. A jongler entre « tout faire parfaitement » et « tout laisser tomber ». 

J’ai forcément renoncé à ce corps, non pas définitivement, mais plus avant d’avoir appris à m’aimer avec ou sans mes imperfections. Apprendre à m’autoriser le respect et le bonheur sans condition.

j’ai choisi de commencer par voir mon corps autrement avant d’entamer un nouveau programme quelconque. Apprendre à me réconcilier avec lui. 
j’ai choisi d’arrêter de croire que j’ai une morphologie qui stocke, arrêter de croire ceux qui me disaient que j’avais un mauvais métabolisme.
J’ai choisi d’arrêter de croire que je devrais me contrôler à vie et courir après toutes les astuces minceur.

J’ai choisi de me souvenir que ce corps est le véhicule de mon coeur et de ce que j’ai à accomplir dans ma Vie. J’ai choisi de voir le problème sous un angle nouveau: Et s’il me parlait? Et s’il cherchait à communiquer avec moi par le poids ? Et s’il était obligé de prendre du poids pour réussir à se faire entendre tellement je ne sais pas l’écouter?

Parce que finalement, la vraie question n’est pas combien de kilos tu veux perdre? Il s’agit de savoir pourquoi est ce que tu veux tellement perdre du poids? Pourquoi est-ce si important pour toi?

POUR ME SENTIR MIEUX!

« Mieux » par rapport à quoi? Pour ma part, je voulais maigrir parce que j’avais le souvenir qu’avant j’étais (ou que si j’étais mince je serais) une femme plus belle, plus souriante, plus sexy, plus heureuse, plus dynamique, plus en sécurité face à son avenir, plus elle-même…mais en réalité, une femme plus rassurée car plus en conformisme avec ce que la société attend d’elle :

jeunesse, santé, perfection.

 

Quelles étaient alors les raisons véritables de mon désir de perte de poids? ou plutôt de ma peur de prendre du poids?

ma vulnérabilité, ma peur de souffrir
peur de perdre l’homme qui partage ma vie
peur qu’il me quitte pour une autre
peur de décevoir mes proches, peur ne pas être à la hauteur de leurs attentes, peur de perdre leur amour,
peur de ne pas être un exemple pour mes enfants
peur d’être rejetée
peur qu’on me juge, peur qu’on me mette à l’écart, peur d’être humiliée
peur qu’on me refuse d’évoluer professionnellement…

Et bizarrement en se centrant là dessus, les kilos s’accumulent comme par impuissance .

 

Comme le dit cette magnifique citation:

 

la peur n’empêche pas de mourir, elle empêche de vivre

arrêter-d-avoir-peur

La réalité est que nos kilos en trop cachent une soif de reconnecter avec nos besoins, notre être, notre essentiel. 

Que nous pouvons désirer avoir un beau corps APRES ou en parallèle d’une transformation intérieure sur la confiance envers son corps pour être capacité de vivre en harmonie avec lui.

 

Ouvrons-Nous au monde qui nous entoure et à voir sa beauté
Apprenons à écouter et respecter nos besoins
Exprimons maintenant notre vision propre de la féminité 
Apprenons à nous sentir en confiance avec la Vie
Regardons nous tous dans les yeux sans nous craindre ni nous sentir agressés
Refusons de donner aux autres la responsabilité de notre bonheur, de notre valeur
Donnons notre sourire sans attentes
Nourrissons-nous de nos échanges avec autrui
Reprenons confiance en la bonté de l’être humain
Comblons nos besoins de chaleur humaine
Refusons de reproduire les mêmes schémas qui nous ont fait souffrir par le passé

Soyons ici et maintenant, avec nos imperfections plus joyeuses, rayonnantes, souriantes, sexy, accomplies, épanouies. Plus belles que jamais. Ne nous servons plus de nos complexes pour justifier de nous replier sur nous-même. Soyons pleinement vrais avec nous-même. Voir sa beauté dans ses victoires comme encore sous l’emprise de ses blessures.

OUI,

Nous avons vécu des injustices, des trahisons, des abandons, des humiliations, du rejet et nous en vivrons encore quelque soit notre poids ou nos complexes. Même à notre silhouette idéale, nous n’avons pas vraiment d’impact là dessus.

EN REVANCHE,

Nous pouvons maintenant arrêter de croire que nos kilos en résistance sont la simple conséquence de ce que nous mangeons.
Nous pouvons arrêter de maltraiter notre corps en actes et en pensées.
Nous pouvons arrêter de confondre bonheur et poids, réussite et tour de taille, beauté et poids.

 

Décider maintenant de voir le beau en soi. 

Voir le courage en soi.

Voir la détermination en soi.

i4c84l6a

Nous pouvons arrêter de croire les promesses de l’industrie de la minceur rapide et sans efforts qui se réjouit de nous voir toujours plus en déconnexion avec notre corps et en dépendance des rêves qu’ils nous servent. Combien de temps comptes-tu les laisser te dicter les conditions de ta beauté et de ton droit au bonheur?

Est-ce que ce message veut dire que je dois me complaire? me résigner?

Me contenter si je ne m’aime pas?

Me regarder prendre du poids sans rien faire?

Bien sur que NON!

voir-sa-beauté-sans-etre-parfait

 Ne mélange simplement pas tout :

 

CE QUI TE FAIT VRAIMENT PEUR DERRIERE LA PRISE DE POIDS OU L’IDEE DE NE PAS EN PERDRE,

C’EST TON PLUS GRAND CHALLENGE.

Le besoin réel dont il te faudra prendre soin à ton rythme et en priorité dans ta transformation. 

Et c’est bien souvent quand tu trouves la paix dans ce challenge que ton poids retourne spontanément au naturel et que tu es désormais prête à choisir ta méthode d’amélioration de ta Santé à l’écoute et par amour (non rejet de toi-même).

La minceur ne règle pas nos peurs,

La minceur n’amène pas forcément à voir sa beauté,

La minceur n’apporte pas toujours la santé.

CE QUI EMPECHE DE VOIR SA BEAUTE N’EST NOTRE POIDS MAIS LES PENSEES TOXIQUES, LES ILLUSIONS ET LES PEURS A QUI NOUS CONFIONS LE POUVOIR.

Protège ton corps.

i4c84l6a

 

Carole Rinaldi- LA TELE BIENVEILLANTE

Je dédie ces mots à ma magnifique amie Joanna . RIP



Voir sa beauté - ces articles peuvent aussi vous intéresser:


Website Comments

  1. cline
    Répondre

    J’adore toujours autant tes articles, grâce à toi j’ai appris à « protéger mon corps », c’est mon véhicule et j’en prends soin autant que je peux. Je peux dire aujourd’hui que je l’aime et ce, avec toutes les imperfections qui font de lui ce qu’il est. Certaines partiront au fur et à mesure, et d’autres resteront parce qu’elles font parti de ma vie, de mon histoire. Je le remercie tous les jours de m’apporter autant de bonheur !

    • Carole
      Répondre

      Je suis si heureuse de te voir épanouie avec toi-même. Quelques kilos à peine te séparent de la femme que tu étais il y a quelques mois…
      et pourtant, émotionnellement cette femme n’est plus du tout à fait la même :)

POST A COMMENT.

Facebook Comments